1. 1
  2. 2
  3. 3
Finances, services aux habitants et économie

 

Pour offrir des services aux habitants et atténuer les effets de la crise économique et sociale que connaît notre pays et tout particulièrement notre département, il faut des moyens. Disons le tout net : les réductions budgétaires drastiques imposées aujourd’hui aux collectivités territoriales par le gouvernement, au nom de la réduction des déficits, ne peuvent que nuire à la nécessité de mieux protéger nos citoyens, notamment les plus pauvres.

Que ferions nous sans centres de santé, sans écoles, sans crèches, sans équipements sportifs et culturels,  sans logements sociaux, sans parcs ? Et comment pourrions nous nous passer de personnels pour animer ces services publics, nettoyer nos rues, ramasser nos ordures,  répondre aux difficultés des plus précaires, éduquer, soigner et protéger nos enfants comme nos seniors ?

Aux Lilas comme dans nombre de communes, il devient de plus en plus difficile de boucler le budget communal, avec des compétences transférées par l’Etat se multipliant et s’alourdissant... Les ressources de notre ville sont issues pour 70 % des impôts locaux, 10 % de la participation des usagers et 20% environ des dotations de l’ Etat, seulement 7 millions d’€ sur un total de 35 millions. La baisse de ces dotations annoncées pour les Lilas en 2014 sera de l’ordre d’un million et  devrait se poursuivre sur plusieurs années dans l’attente d’un retour de croissance de plus en plus illusoire !

Pendant le dernier mandat, la réduction de la dette a pris le pas sur les investissements, et notre municipalité a tenté de conserver un service public équivalent en réduisant les dépenses de fonctionnement de 3 % /an.

Or nous devons investir de nouveau dans les logements, les écoles, les crèches… mais nous avons aussi besoin de personnel pour les faire fonctionner. Les besoins en équipements s’accroissent, la population rajeunit et augmente, les besoins sociaux ou ceux de prévention (santé, jeunesse, chômeurs) progressent. En ces temps de crise, une baisse des dépenses de fonctionnement ou d’investissements de notre commune serait contre-productive.

Dépenser pour l’éducation, la santé, la protection, l’accompagnement économique, c’est préparer le monde de demain, s’adapter aux changements, notamment aux conséquences du changement climatique. Sobriété dans nos usages de consommation, mais investissement dans l’humain pour une société qui devra renouer avec une solidarité de proximité.

Cela passe par le développement de structures économiques locales,  fondées sur la coopération entre les habitants, de services de proximité créateurs d’emplois non délocalisables. Cette mutation ne peut se faire sans un accompagnement des services territoriaux. C’est pourquoi investir sur le long terme, y compris en ayant recours à l’emprunt, nous semble la seule voie pour desserrer l’étau sur nos populations.

Un projet économique pour Les Lilas

 

A côté des commerces et des artisans, qu’il faut préserver, encourageons une économie à la portée des initiatives  de nos habitants. Les Lilas peuvent développer un pôle d’entreprises de type social et solidaire :

  • Développement d’un service « économie sociale et solidaire » (ESS), ayant vocation à encourager et soutenir les initiatives d’économie locale (ressourcerie, Fablabrestaurant municipal, régie de quartier, coopératives).
  • Introduction des clauses encourageant l’ESS dans les cahiers des charges des marchés publics.
  • Information et incitation à la création de coopératives d’activité et d’emploi (CAE), alternatives concrètes au piège du statut d’autoentrepreneur. Les CAE permettent de rompre l’isolement des créateurs et de mutualiser certains services.

 

 

Fiches programmatiques associées au thème « Finances, services aux habitants et économie »

Ressourcerie et fablab

Le restaurant municipal, une cantine pour tous