1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

Un projet écologique ambitieux pour notre ville 

Nos préoccupations ne se réduisent pas à verdir un programme, mais à faire en sorte que le projet pour la ville et toutes les actions prévues soient soutenables.

Vers une politique « Zéro déchet »  

  • Collecte sélective des déchets verts et alimentaires : mise en place d’une collecte de bio-déchets avec distribution préalable, par la municipalité, de bacs dédiés. 2 solutions pour la collecte de ces bacs : Installer des points collecteurs comme actuellement avec le verre,
  • Collecte sélective des biodéchetsou mieux, ramassage. Dans le même temps, soutenir, informer les habitants sur le compostage domestique en pavillon et en habitat collectif, et encourager la création de jardins partagés.

 

  • Valorisation des déchets verts et alimentaires : lancer une étude pour installer une petite unité de méthanisation (production de bio gaz et de compost) sur notre territoire afin d’éviter des transports inutiles. A défaut, une autre solution serait de faire appel à une entreprise de récupération et de valorisation des bio-déchets.

 

  • S’opposer à la relance du projet de TMB-méthanisation à Romainville.

 

  • Créer une ressourcerie: espace de récupération d’objets ou vêtements destinés à être donnés, ainsi que la mise en place d’un site internet dédié. Encourager la création de recycleries : réparation et recyclage d’objets afin d’optimiser leur durée de vie comme par exemple les cyclofficines pour les vélos.

 

  • Porter au niveau de la communauté d’agglomération l’instauration d’une REOM (Redevance d’Enlèvement sur les Ordures Ménagères) à la place de la l’actuelle TEOM (Taxe d’Enlèvement sur les Ordures Ménagères) basée sur la taxe foncière. Le principe de la REOM est de payer en fonction de la quantité de déchets que l’on produit afin d’inciter à leur réduction.

 

  • Mise en place d’Ambassadeurs pour :
    – accompagner les habitants dans le tri de leurs déchets afin d’optimiser le taux de recyclage.
    – sensibiliser les habitants à la réduction de leur production de déchets.
    – mener des actions de sensibilisation auprès des entreprises et commerces.
    – mener des actions dans les écoles de la ville.

 

  • Révision du Règlement Local de Publicité pour réduire la place de la pub sur la commune et ainsi limiter son influence dans les comportements de consommation.

 

  • Campagnes régulières de sensibilisation aux éco-gestes (ici réduction des emballages) et à la limitation du gâchis grâce aux espaces publicitaires libérés.

 

Transition énergétique de la ville

 

La transition énergétique de notre ville, urgente, est aussi une réponse à la précarité énergétique. Sans attendre la mise en place d’un agenda 21 d’Est Ensemble, nous réaliserons le bilan énergétique, s’appuyant sur la carte thermographique départementale encore inexploitée, et engagerons la rénovation énergétique de tous bâtiments municipaux en 10 ans.

  • Rénovation thermique des équipements municipaux en association avec des mesures d’économies d’énergie et d’efficacité énergétique (éclairage des équipements, éclairage public, chauffage, formation des agents municipaux).

 

  • Production d’énergies renouvelables à partir des équipements municipaux (chauffes-eau solaires, panneaux photovoltaïques, petit éolien).
    Reprendre et approfondir l’étude du SIPPEREC sur le potentiel géothermique des Lilas.

 

  • Passer progressivement chez Enercoop pour la fourniture d’électricité des équipements municipaux.

 

  • Création de postes d’ambassadeurs énergie chargés :
    – d’accompagner les habitants dans le financement de leur projet de rénovation thermique de leur habitation.
    – de diffuser les bonnes pratiques de sobriété énergétique

 

  • Campagne régulière de sensibilisation aux éco-gestes (ici à la sobriété énergétique) par voie d’affichage

 

  • Rationalisation du parc automobile municipal :
    – remplacer progressivement l’ensemble des véhicules de service par des véhicules au GPL en éliminant en priorité ceux au diesel.
    – envisager d’autres modes de déplacements pour les agents de la ville.

 

Création d’une cuisine centrale sur la ville

 

Cette cuisine préparerait les repas des cantines scolaires des écoles de la ville, les repas du club des Hortensias, ainsi que des repas livrés par la municipalité aux personnes à mobilité réduite (âgées, handicapées).

Les produits mis en œuvre dans l’élaboration des repas seraient au maximum issus de l’agriculture biologique et produits localement. Son implantation pourrait se faire au sein du Fort de Romainville ou sur une parcelle du terrain libéré par la fermeture du centre de bus de la RATP rue Floréal.

Afin de diminuer la charge financière que représenterait, pour la ville, cet investissement, il pourrait être envisagé de partager cet équipement avec une ville limitrophe.