Le vote des étrangers

Fiche programmatique

carte-electeurEn cette période de crise économique et sociale et dans un contexte de banalisation volontaire des thématiques de l’extrême droite et d’instrumentalisation de la xénophobie, l’enjeu du droit de vote des résidents étrangers ne doit pas être considéré comme accessoire… Certes il peut paraître moins impératif que de répondre aux urgences sociales que notre société traverse, mais le creuset entre des catégories sociales de la population s’accentue encore davantage quand des différences sont volontairement maintenues entre les citoyen(ne)s.

Pour l’accès de tous à tous les droits (politiques, économiques, sociaux, culturels) il faut approfondir notre démocratie !

Depuis la mise en application du traité de Maastricht en 1992, les résidents originaires d’un autre pays de l’Union européenne ont le droit de vote, et d’éligibilité aux fonctions non-exécutives, aux élections municipales et européennes. Mais sous prétexte qu’ils ont une nationalité qui va au-delà des frontières de l’Union européenne, certains de nos concitoyen(ne)s, qui vivent et travaillent en France, sont mis au ban de la citoyenneté.

Pourquoi maintenir en France une telle inégalité tandis que de nombreux pays européens ont franchi ce pas ? Le droit de vote des étrangers aux élections locales, qu’ils soient européens ou non, est une exigence sociale et politique légitime. Tant que l’exercice de la citoyenneté sera limité au critère de nationalité et non à celui de résidence, tant que des distinctions seront maintenues entre les citoyen-ne-s, notre démocratie sera en souffrance… Pour y pallier, nous avons le choix : reconnaître la pluralité des formes de citoyenneté, refonder celle-ci à partir du critère de résidence au moins pour certains scrutins.

Pour un meilleur « vivre ensemble », nous sommes toutes et tous concernés : agissons à tous les niveaux pour que ce droit devienne effectif ! »    

Oui ! au droit de vote des étrangers

Démarche de mise en œuvre:

Les scrutins « officiels » sont encadrés par le code électoral. Une mairie seule ne peut décider de sa modification. Néanmoins, l’organisation d’une votation citoyenne est un signe fort auprès des citoyens et des politiques de notre volonté collective d’aller en ce sens.

Il s’agit d’un mode d’action afin de débattre et agir pour sa mise en place.

Exemples d’expériences similaires existantes:

En décembre 2010 la ville d’Ivry a consulté tous les citoyen(ne)s de sa commune, français comme étrangers, en organisant un référendum d’initiative locale sur cette question (61.5% de votes pour et 37.8% de votes contre).


Reportage sur la votation citoyenne d’Ivry-sur… par reportercitoyen