• bulles

    Aux Lilas, 44% d’abstention au 1er tour des élections municipales

     

    Démocratiser Les Lilas en utilisant toutes les ressources disponibles, et d’abord ses habitant(e)s

    Démocratie

  • Des prises de décisions collectives democratie_1
    Un budget participatif
    Un conseil de ville
    Un droit de pétition

    Une information transparente et plurielle

    L’ouverture des données (Open Data)
    Un journal municipal et un site web plus participatif
    Des panneaux d’affichage libres, nécessaires, nombreux, accessibles
     
    Démocratie

  1. 1
  2. 2
  3. 3

Démocratie: conquérir de nouveaux droits d’agir dans la cité

2008 : début de la crise, d’abord écologique et financière, devenue économique et sociale, elle n’en finit pas. Ce n’est pas une crise de plus du système capitaliste, c’est l’impuissance constatée des politiques des nations face à l’argent des multinationales, l’effarement devant la finitude de la planète, l’incapacité à accepter qu’il n’y aura plus de croissance (économique du PIB), l’austérité imposée par ceux qui profitent des dettes publiques, la cécité devant l’effondrement des valeurs qui ont fondées la société d’après-guerre aujourd’hui malade.

S’il n’y a pas d’alternative possible –  propos fondateur du libéralisme des années 80 répété par ceux-là même qui promettent le changement – à quoi bon s’intéresser encore à la politique ? Aux Lilas, au premier tour des élections municipales, 44% d’abstention à une élection locale pourtant la plus prisée par les citoyens ! Capture d’écran 2014-02-23 à 09.51.12C’est donc aussi une crise politique de confiance des citoyens dans leurs élus, une crise de la démocratie représentative. Nos institutions favorisent des pratiques politiques délégataires, qui éloignent les citoyens de la gestion du bien commun, confisquent le débat, la décision collective et l’action des citoyens. La somme des intérêts particuliers qui s’expriment  par des demandes directement à monsieur le Maire ne fait pas l’intérêt général. L’action de l’actuelle majorité a renforcé le sentiment que la politique serait réservée à une minorité, une élite qui détiendrai les compétences et les savoirs techniques nécessaires à la gestion des affaires publiques : les Groupes d’action municipaux (GAM) sont des séances d’information autour d’une parole dominante sur la politique municipale.

Et si la reconquête démocratique passait d’abord par la parole collective ? On est moins bêtes à plusieurs, la diversité favorise aussi la réappropriation des affaires publiques de notre ville. Tous politiques ! Tous acteurs !

La démocratie participative que nous voulons comprend tous les habitants, français et étrangers. En outre, nous agirons pour le droit de vote des résidents étrangers.

Pour un nouveau partage du pouvoir et une coopération entre élus et citoyens

 

Comment faire pour que les citoyens, tout au long du mandat des élus qu’ils ont portés au pouvoir, ne voient pas leur voix confisquée et puissent exercer un vrai contrôle sur ceux qu’ils ont fait élire ?

  • Un exercice du pouvoir démocratique, une définition claire de la place et du rôle des élus implique le respect d’engagements significatifs en matières de nouvelles pratiques de nos élu(e)s : non professionnalisation – chacun peut à tour de rôle s’impliquer dans les affaires publiques, et retrouver une place professionnelle et sociale après. Et son corollaire, le non cumul des mandats de fonctions exécutives dans des instances indépendantes, et dans le temps, la limitation à deux mandats électoraux.
  • L’Observatoire des Engagements (ODE) aura pour objectif de nous préserver des éventuels conflits d’intérêts et des abus de pouvoir contraire à l’intérêt général. Indépendant de la municipalité, il sera habilité à évaluer, contrôler et auditionner le résultat des engagements électoraux, les décisions prises par les élus et les représentants d’institutions diverses de la municipalité, de façon à établir publiquement un rapport annuel.Dans les échanges réguliers avec les citoyen-ne-s, l’ODE recueillera des propositions/protestations, les évaluera, interpellera le Maire et le Conseil Municipal en formulant des recommandations. Ainsi, il fonctionnera en instance consultative et sera également une force de proposition.L’ODE sera composé d’une dizaine de Lilasien-ne-s, tirés au sort par quartiers parmi les habitants,  sans condition d’inscription sur les listes électorales. Le mandat sera donc non renouvelable.

 

 

Comment articuler démocratie représentative (les élus) et formes de démocratie directe participative ?

Information et formation, concertation et recherche de consensus, c’est une démarche ambitieuse que nous souhaitons développer : permettre l’apprentissage des compétences municipales, favoriser la participation active en formant à la prise de parole en public et en multipliant les lieux de prises de décision collective.

  • création du service municipal « Démocratie participative et vie associative » : Ce service sera chargé de mettre en place, de faire vivre et de suivre les différentes instances liées à la mise en œuvre de ces outils participatifs : comité de quartier, conseil de ville, commission thématique, groupe budget participatif… facilitation de l’émergence d’initiatives citoyennes et associatives dans tous les champs de la vie locale ; organisation et communication sur les processus participatifs, les comités de quartier… ; formation des animateurs-citoyens des comités de quartiers, des groupes de travail thématiques,…
  • Des comités de quartier
    Espace d’éducation populaire visant à redonner le goût et le sens de l’implication citoyenne, les comités de quartier seront des lieux d’échanges, de propositions et de contre-propositions, d’actions concernant l’intérêt général de leur quartier respectif ou de la ville. Ils permettront à tout Lilasien français ou étranger de tout âge, de s’informer et de discuter des sujets d’actualités et des décisions municipales concernant la ville ou leur quartier, ou de proposer des projets, des propositions pour le budget participatif. Ils seront animés et gérés par une équipe de bénévoles, tirés au sort pour l’année, et ayant le souci de faire participer le plus grand nombre. Une « Charte des comités de quartiers » sera élaborée collectivement pour toute la ville.
    Un budget de fonctionnement sera alloué à chaque comité de quartier.Ces comités de quartier seront au nombre de quatre couvrant quatre espaces de la ville présentant une certaine  cohérence de vie : le quartier de l’Avenir ; le quartier des Sentes ; le quartier Chassagnoles/Bruyères/Romain Rolland ; le quartier Anglemont/Decros/Convention.

Comment permettre aux citoyens d’effectuer des choix dont ils voient les incidences et qui transforment concrètement leur cadre de vie ?

  • Un groupe de travail « Budget participatif et finances locales ». Composé d’habitants volontaires, d’élus (dont le Maire), et de l’administration locale, dont ses services financiers.Ce groupe de travail a un rôle d’éducation populaire : il permet aux Lilasien-ne-s de s’informer sur les finances locales et de s’impliquer dans l’élaboration du budget, le choix et le suivi des propositions faites par les habitants. Il mène une réflexion sur la fiscalité et les finances locales, et aborde différents sujets, à la demande des habitants, comme le calcul de la taxe d’habitation, l’élaboration d’un budget communal…
  • De nouveaux moyens pour les structures associatives, collectifs, syndicats :Nous rappelons le rôle et la place centrale dans la vie démocratique locale des associations, collectifs, coopératives, syndicats, véritables écoles de la citoyenneté et laboratoires d’expérimentations sociales et écologiques concourant au mieux-vivre ensemble.  Ils seront des partenaires à part entière de la vie locale, dans le respect de leur autonomie et leur pluralisme.Nous proposons :
  1. La création d’une Maison des Initiatives Citoyennes et Associatives, la MICA.
  2. De soutenir la création d’associations nouvelles, de collectifs, de coopératives, en promouvant des projets proposant des réponses innovantes aux aspirations de la population.
  3. D’agir en toute transparence dans l’attribution des subventions. Pour prévenir tout clientélisme, les subventions versées aux associations seront soumises à la consultation du groupe de travail « Budget participatif et finances locales ».
  • budget_participatifMise en place d’un budget participatif confié à la gestion des habitants pour répondre aux besoins collectifs. → 10 % du budget d’investissement en fin de mandatureLe groupe de travail « Budget participatif et finances locales » a également un rôle important dans le processus du budget participatif.Il analyse, une par une, les propositions faites par les Lilasien-ne-s au regard de différents critères : le besoin exprimé et le service rendu par la proposition, l’analyse technique des services municipaux et le budget dans sa globalité.Il donne, après réflexion et débat, un avis consultatif sur chacune des propositions, en les classant par priorité.Cet avis et ces réflexions sont rapportées lors de la mise aux voix du budget participatif qui se tient en fin d’année avec l’ensemble de la population dans le Conseil de ville.

Comment développer un processus de démocratie active où chaque citoyen est appelé à débattre des besoins collectifs ?

  • Organisation d’un Conseil de ville : c’est une grande réunion publique qui rassemble les membres (participants) des instances participatives (comités de quartier, conseils thématiques, ..) ainsi que tout habitant intéressé  par la thématique présentée. Il s’agit non seulement d’un lieu d’information et d’échanges sur les projets ou actions développées sur la commune, mais aussi d’un espace de décision. C’est en effet dans cette instance qu’il y a mise aux voix des différentes actions proposées par les habitants dans le cadre du budget participatif alloué.
  • Référendum local
    Toute pétition concernant la ville, ayant recueilli au moins 1000 signatures, nous engagera à mettre en place un référendum local.

Quels outils de communication pour une infirmation transparente et plurielle ?

  • Ouverture des données (Open Data)
    Dans une démarche en faveur de l’accessibilité et de la transparence de l’information, nous ouvrirons les données publiques, compte rendu municipaux, budget, appels d’offre …
  • Medias d’informations municipales (Journal, site internet)
    Ils devront libérer l’information municipale, être plus participatifs, en offrant des tribunes libres, notamment aux comités de quartier et autres instances participatives. L’indépendance des rédacteurs sera garantie.
  • Panneaux d’affichage libre nécessaires, nombreux, accessibles, dans les différents quartiers, plutôt que l’invasion publicitaire.

Fiche programmatique associée au thème « Démocratie »

Le vote des étrangers