Culture

Une politique culturelle est l’affaire de tous: les artistes, les acteurs culturels, les citoyens.
Elle a vocation de faire de chacune et chacun d’entre nous l’acteur de son propre destin, elle est un puissant levier d’émancipation.

La culture est un bien commun, elle est au cœur de nos préoccupations.
C’est pourquoi l’action publique incarnée par la mairie doit se fonder sur des exigences fortes :

Aider la création, accueillir les artistes

  • Ne pas faire du budget « culture » de la municipalité sa variable d’ajustement.
  • Favoriser la mise en réseau des artistes professionnels lilasiens – association en cours de création – et valoriser leur travaux mieux que ne le fait Lil’Art.
  • Pour les arts visuels, mise à disposition d’un lieu plus visible en rez-de-chaussée avec vitrine, par exemple dans le cadre de la rénovation du quartier Romain Rolland.
  • Espace public sans publicité : réappropriation de cet espace par des artistes.
  • Appliquer le 1% pour financer l’achat d’œuvres d’art par la ville.
  • Soutenir l’installation de résidences d’artistes en partenariat avec les associations culturelles et d’éducation populaire, et les résidences de création pour des compagnies théâtrale avec élaboration d’un programme d’action culturelle
  • Réalisation d’un audit citoyen sur les associations conventionnées : quel projet, quelle subvention, quel public, quelle action culturelle… Transparence dans l’attribution et les critères des subventions pour éviter tout clientélisme.

Elargir la diffusion

  • Favoriser l’éducation culturelle et la programmation en direction des jeunes (15/30 ans).
  • Proposer des offres culturelles en direction des familles monoparentales.
  • Mise en valeur de la diversité culturelle lilasienne sans donner prise au communautarisme.
  • Développer une offre culturelle plus dynamique, innovante et cohérente avec la politique de la ville.
  • Instaurer à l’intérieur du Théâtre du Garde-Chasse la vente de livres de théâtre, danse, cinéma, musique, en relation avec la programmation, en partenariat avec une librairie.
  • Améliorer la communication, et mieux indiquer les équipements culturels (ex: Louise Michel, cinéma).
  • Ouvrir les équipements culturels sur l’espace public (expositions, spectacles vivants dans les jardins, Sentes etc….) en travaillant transversalement avec les services de la ville, en favorisant les temps festifs comme la Fête de la musique,… avec la mise en place d’un Programme de diffusion hors les murs.
  • Elargir l’action culturelle à l’ensemble des écoles maternelles et primaires, en développant l’intervention d’artistes déjà initiée.
  • Développer les projets croisés conservatoire/centre culturel
    Mettre en débat la fusion des activités musique, danse et art dramatique du Centre Culturel et du conservatoire.

Favoriser l’accès de la culture à tou.te.s

  • Privilégier le principe du quotient familial basé sur les revenus, afin de rétablir une équité sociale et générationnelle pour tous les Lilasiens.
  • Mise en place du quotient familial dans les différents équipements culturels dans la mandature (dont conservatoire). Promouvoir sa mise en œuvre à Est Ensemble.
  • Favoriser le développement des pratiques amateurs et des cultures populaires par de nouveaux moyens à la disposition des habitants, par exemple la Maison des initiatives citoyennes et des associations, ou en expérimentant la mise à disposition gratuite d’instruments de musiques (ex :pianos) dans l’espace public.
  • Mettre l’accent sur l’éducation populaire à travers la recherche de nouveaux partenariats entre associations et lieux culturels publics. Par exemple, favoriser un projet associatif culturel utilisant l’espace-bar du théâtre du Garde-Chasse sous exploité aujourd’hui (lieu convivial autour d’expositions, de débats).