Nos réponses à la CGT des Lilas

SPChers camarades,

En réponse à la sollicitation des agents communaux CGT des Lilas, voici les positions de la liste Les Lilas Autrement :

En préambule, nous voudrions préciser le champ d’action que nous pensons être le nôtre en matière de politiques publiques, de défense des services publics et des agents communaux et territoriaux.

Notre liste s’oppose aux politiques d’austérité qui mettent à mal la satisfaction des besoins élémentaires d’un certain nombre de nos concitoyens (se loger, se nourrir, se soigner), en répandant précarité et chômage, en étendant la domination d’une minorité de privilégiés sur la majorité de la population dont les conditions de vie se dégradent. Il en est de même pour les agents communaux. Comme les autres, ils font face aux charges incompressibles en augmentation constante, une augmentation du coût de la vie, sans amélioration salariale en perspective. Ce n’est pas à nous de payer la crise ! C’est une tout autre politique qu’il faut mettre en œuvre, et commencer par refuser le pacte de responsabilité irresponsable.

Nous sommes citoyens-militants mobilisés avec le personnel en lutte à la maternité contre la politique de restriction budgétaire commandée par le gouvernement et appliquée par l’Agence Régionale de Santé, avec les enseignants et parents d’élèves pour obtenir les moyens d’une politique éducative juste et décente, enfin tout ceux qui veulent une politique radicalement différente qui fasse le lien permanent entre local et global, justice sociale et écologique.

Nous sommes nombreux sur la liste à être syndiqués et savons l’importance de cet engagement, à l’heure où le rapport de forces ne nous est pas forcément favorable, l’engagement syndical est primordial.

Il ne suffit pas de constater les dégâts comme le font les représentants locaux du parti socialiste, d’évoquer la crise « qu’il faut savoir passer en attendant le retour de la croissance», de s’émouvoir des menaces pesant sur les services publics locaux, de communiquer sur son soutien aux mobilisations, et dans le même temps de soutenir la politique de rigueur du gouvernement qui les provoque en continuant à soutenir une logique économique destructrice pour les hommes et la planète. Nous en appelons donc à de la cohérence politique entre position locale affichée et position nationale clairement revendiquée.

Nous refusons le dogme selon lequel les collectivités territoriales seraient en partie responsables de la dette publique. Le budget devra être établi en accordant la priorité aux besoins sociaux et environnementaux, sans céder à l’idée que seul l’investissement est vertueux et que les dépenses de personnel sont les premières à devoir être réduites.

A la question de savoir quelle serait notre action en tant que responsable des services municipaux pour défendre des moyens supplémentaires (moyens qui n’incombent pas directement à une commune) nous avons souhaité pour commencer vous faire part de notre positionnement en faveur d’une politique alternative à l’austérité qui fragilise les services publics et les finances des collectivités, et notre appui et participation aux mobilisations locales essentielles pour l’amélioration de la situation des agents communaux et plus largement des Lilasiens.

Aussi, nous sommes une liste porteuse d’émancipation, de progrès social et écologique. Cela passe notamment pour nous par un refus d’externalisation des services, la sortie des privatisations à échéance des contrats (service nettoyage des écoles), la fin des rentes de situation accordées « par la grâce » de la Délégation de Service Public (eau), le refus des partenariats Public-privé.

Rien n’est possible sans les agents communaux, des acteurs au service de la population. Aussi, nous travaillerons au plus près de tous les agents de la commune. L’humain que nous revendiquons est un aspect que nous n’oublierons pas pour les agents communaux. Nous serons tout aussi disponibles, à l’écoute et à l’accompagnement pour les Lilasiens que pour les agents.

A ce titre, dès notre arrivée à la Mairie, nous organiserons à la fois une rencontre avec les représentants des agents mais également une rencontre plus large des agents communaux avec la nouvelle majorité municipale.

Nous proposons un programme pour améliorer leurs conditions de travail et lutter contre la précarité.

  •  Refuser d’utiliser les contrats aidés comme effet d’aubaine sur des emplois permanents substitutifs de postes de fonctionnaires
  • Lutter contre la précarité en poursuivant activement la politique de titularisation, objectif de 100% dès que possible, en permettant aux agents d’accéder à des CDI à temps plein, en facilitant l’accès à un emploi pérenne pour les agents en contrat aidé et en luttant contre les temps partiels imposés.
  • En finir avec le recours à l’emploi précaire (vacation et stages) sur des emplois permanents de la Ville.
  • Politique d’avancement de grade, de passage d’échelon, de promotion interne et accompagnement des agents à la progression dans leur emploi.
  • Politique de développement de l’emploi dans les nouveaux services publics que nous proposons (crèches, cuisine centrale etc.).
  • Privilégier les horaires de travail en journée pour le personnel de ménage.
  • Renforcer la parité dans les postes à responsabilité.
  • Prévoir la mixité dans le jury de recrutement.

Pour nous, le maintien des avantages acquis est un principe. Nous travaillerons avec le personnel et leurs représentants pour poursuivre l’amélioration des conditions sociales et professionnelles.

Sur la question du Comité des Œuvres Sociales, nous souhaitons rapidement en augmenter le financement. Nous savons les difficultés récentes et nous travaillerons immédiatement à leurs résolutions. Nous sommes par ailleurs tout à fait ouvert à la question de la création du CASC si cela est une demande des agents communaux. Nous sommes très attachés aux œuvres culturelles, sociales et touristiques dont pourraient bénéficier les Lilasiens, il est essentiel d’utiliser les outils à notre disposition pour les agents communaux.

Sur la question des rythmes scolaires, les Lilas Autrement s’engagent pour l’éducation de nos enfants. Nous sommes porteurs d’une vision émancipatrice de l’école de la République. Les rythmes de nos enfants, l’accompagnement scolaire et péri scolaire, doivent être adaptés à leurs besoins et ainsi porter les conditions de leur émancipation. Aussi, si une école adaptée est nécessaire, nous ne pouvons accepter une réforme qui ne garantirait pas un enseignement égal pour toutes et tous sur le territoire.

A ce titre, nous sommes favorables au projet porté par la communauté éducative des Lilas qui vise à ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle est portée aujourd’hui. Sa mobilisation, y compris par les grèves de la rentrée, a permis d’aboutir à un projet éducatif qui convienne à tous. Si le gouvernement et le ministère devaient persister dans le refus de son application, nous mettrions en œuvre tout les moyens nécessaires, y compris la désobéissance, pour respecter les choix de la communauté éducative. La concertation ne suffit pas. La démocratie impose de respecter les choix faits par les citoyens lorsqu’ils sont l’aboutissement d’une telle démarche.

Nous vous invitons également, à titre informatif, à lire nos positions sur les finances de la ville et les services publics. Nous considérons qu’ils font partie de la réponse que nous souhaitons vous adresser.

Fraternellement.

Les Lilas Autrement

Comments are closed.